Résultats du tournoi cadence rapide de septembre 2018

Du tournoi semi-rapide de Bayonne du 23 septembre, le monde des Échecs retiendra la victoire incontestable de Patrick Bareyre (Aviron Bayonnais). « Cavalier » de grande classe, son inégalable intelligence de jeu lui a permis de trouver le sentier le plus sûr pour obtenir 9 victoires sur 9 rondes. (Grille américaine ici)

« Bien qu’il soit convenu que la valeur d’un Cavalier égale celle du Fou, cette dernière s’impose comme étant bien souvent plus puissante » écrivait Jose Capablanca. Ainsi, à la troisième ronde, le cavalier Bareyre a contraint à sa seule défaite  Olivier Grandmougin, un « fou » géant venu de l’éloigné Echiquier Commingeois, dans la profonde vallée de Luchon, Avec une quasi-absence d’erreur dans ses autres parties, Grandmougin gravite à la 2ème place.

L’Aviron Bayonnais se souviendra aussi de l’ élégante venu de Rémy Dubreuil (LEC Echiquier Limousin), champion de France vétéran, qui termine 3ème. « Les échecs ont trois composantes : le temps, l’espace et le matériel en dernier« , selon Mikhail Tal. Le temps qui passe n’affecte pas Dubreil et ses 74 ans, qui est parvenu à éliminer toutes les complications possibles pour ramener la rencontre aux thèmes essentiels et obtenir les avantages, mêmes minimes, qui lui assuraient la victoire finale. Il s’incline uniquement contre ses deux précédents au classement, le cavalier Bareyre et le géant Grandmougin.

Avec son merveilleux sens tactique, Robin Villeneuve, la pépite de Échiquier Henri IV de Pau termine 4ème, à seulement 10 ans.

Valentin Rubio, jeune joueur taciturne et appliqué de l’Échiquier Montois, se hisse à la 6ème place, mais surtout 1er de sa catégorie cadet.

Avec une inégalable linéarité du jeu, la belle Maylis Gattegno-Graciet est à nouveau la première féminine.

« Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n’en prend pas perd toujours » écrivait Xavier Tartacover. Connu pour sa prudence, notamment dans les ouvertures, Luc Capdevielle de l’Aviron Bayonnais déjoue l’adage de Tartacover et remporte le prix du 1er -1800 Elo.

« Sans erreur, il n’y a pas d’éclat » écrivait Emanuel Lasker. L’Aviron Bayonnais retiendra enfin la grâce de Camille Sauveur, 5 victoires, l’élégance de Jean-Paul Hugue et la vivacité de Jean Tholey, tous trois nouvelles recrues de l’Aviron Bayonnais.

Lien du tournoi sur le site de la fédération

De gauche à droite, V. Rubio, M.Blanchet, L.Capdevielle, M.Gattegno-Graciet, O.Grandmougin, P.Bareyre, J.Touley, G.Fermen, R.Villeneuve, R.Dubreuil
34 participants : exigence de jeu mais bonne humeur !